Accueil

Vous êtes un particulier

envoyer à un ami   imprimer l'article

[ 18 mai 2011 ]

Ce portail permet :

Retrouvez l’intégralité des réponses dans la rubrique questions fréquentes

A quelles sources de champs électromagnétiques suis-je exposé dans ma vie quotidienne ?

Consulter la rubrique Les usages des radiofréquences

Les antennes-relais présentent-elles un risque pour la santé ?

A ce jour, l’expertise nationale et internationale ne conclut pas à l’existence de risques sanitaires liés à une exposition aux champs électromagnétiques émis par les antennes-relais de téléphonie mobile, dès lors que les valeurs limites d’exposition du public sont respectées.

Qui décide de l’emplacement d’une nouvelle antenne relais et sur la base de quels critères ?

Consulter la rubrique Les conditions d’implantation

Concrètement, qui fait les mesures d’exposition du public ? et qui les finance ?

Consulter la rubrique Surveillance de l’exposition aux radiofréquences dans l’environnement

Comment connaître les résultats des mesures d’exposition du public ?

Consulter la rubrique Comment connaître les résultats des mesures ?

Comment obtenir gratuitement une mesure à mon domicile ?

Toute personne qui le souhaite peut obtenir gratuitement une mesure de l’exposition aux ondes radiofréquences dans les lieux d’habitation et les lieux publics en adressant à l’ANFR un formulaire disponible sur le site internet service-public.fr

L’ANFR instruit la demande et dépêche un laboratoire accrédité indépendant pour effectuer la mesure.

Les résultats des mesures sont ensuite rendus publics par l’ANFR sur le site cartoradio.fr, et les maires sont informés des résultats de toute mesure réalisée sur le territoire de leur commune, quel qu’en soit le demandeur, au moyen d’une fiche de synthèse.

Qui peut solliciter une mesure ? 1°) Un certain nombre de personnes morales peuvent solliciter directement des mesures auprès de l’ANFR. Il s’agit :

- des collectivités territoriales (communes, départements, régions) et leurs groupements ;
- de l’Etat ;
- des Agences régionales de santé ;
- des associations agréées de protection de l’environnement ;
- des associations agréées d’usagers du système de santé ;
- des fédérations d’associations familiales mentionnées à l’article L. 211-2 du code de l’action sociale et des familles ;
- et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

2°) Les particuliers qui doivent impérativement faire signer leur formulaire de demande de mesure par la personne morale de leur choix figurant dans la liste ci-dessus avant de le transmettre à l’ANFR.

Certaines personnes peuvent-elles être sensibles aux radiofréquences ?

Consulter la rubrique La question de l’hypersensibilité aux champs électromagnétiques

Les valeurs limites d’exposition garantissent-elles la sécurité sanitaire du public ?

Consulter la rubrique Elaboration de valeurs limites d’exposition

Quelle est la plus récente expertise collective sur les radiofréquences en France ? Quelles en sont les conclusions ?

La plus récente expertise collective relative aux effets sanitaires des radiofréquences a été publiée en 2013 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Ce rapport est accessible sur le site internet de l’Anses ou dans la rubrique ressources documentaires.

La conclusion générale du groupe d’experts sur les effets sanitaires des radiofréquences est la suivante : « Les conclusions de l’évaluation des risques ne mettent pas en évidence d’effets sanitaires avérés. Certaines publications évoquent néanmoins une possible augmentation du risque de tumeur cérébrale, sur le long terme, pour les utilisateurs intensifs de téléphones portables. Les conclusions de l’expertise sont donc en cohérence avec le classement des radiofréquences proposé par l’Organisation mondiale de la santé (CIRC) comme « cancérogène possible » pour les utilisateurs intensifs des téléphones mobiles. Par ailleurs l’expertise fait apparaître, avec des niveaux de preuve limités, différents effets biologiques chez l’Homme ou chez l’animal dont certains avaient déjà été rapportés en 2009 : ils peuvent concerner le sommeil, la fertilité mâle ou encore les performances cognitives. Des effets biologiques, correspondant à des changements généralement réversibles dans le fonctionnement interne de l’organisme, peuvent ainsi être observés, comme dans le cas d’expositions aux différents stimuli de la vie quotidienne. Néanmoins, les experts de l’Agence n’ont pu établir un lien de causalité entre les effets biologiques décrits sur des modèles cellulaires, animaux ou chez l’Homme et d’éventuels effets sanitaires qui en résulteraient. Compte tenu de ces éléments, il n’apparaît pas fondé, sur une base sanitaire, de proposer de nouvelles valeurs limites d’exposition pour la population générale. ».

Comment connaître le DAS de mon téléphone mobile ?

Consulter la rubrique Contrôler l’exposition liée aux téléphones mobiles

Existe-t-il des risques pour la santé à long terme liés à l’utilisation d’un téléphone mobile, notamment de cancer ?

Consulter la rubrique Effets biologiques et épidémiologie

Les enfants et les adolescents sont-ils plus sensibles aux champs électromagnétiques émis pas les téléphones mobiles ?

Consulter la rubrique Et pour les enfants ?

Puis-je acheter un téléphone mobile à mon enfant ?

Rien ne démontre aujourd’hui que les enfants soient plus sensibles aux champs électromagnétiques émis par les téléphones mobiles, c’est-à-dire qu’ils soient plus susceptibles de développer des pathologies que les adultes. Cette hypothèse ne peut être non plus complètement exclue et justifie une approche de précaution. Aussi, le ministère de la santé recommande de limiter l’exposition des enfants aux champs électromagnétiques émis par les téléphones mobiles. Il appartient aux parents de décider de l’achat ou non d’un téléphone mobile pour leur enfant. Il faut tenir compte des conseils relatifs à la sécurité générale, car téléphoner sur la voie publique détourne l’attention et est susceptible d’augmenter le risque d’accidents, même en tant que piéton. Par ailleurs, la loi portant engagement national pour l’environnement interdit toute publicité pour la vente ou l’usage des téléphones mobiles par des enfants de moins de 14 ans.

Qu’en est-il du principe de précaution pour les téléphones mobiles ?

Consulter la rubrique Recommandations sur l’usage des téléphones mobiles

Comment réduire mon exposition ?

Consulter la rubrique Quelques règles simples

Les oreillettes filaires ou bluetooth sont-elles efficaces pour diminuer l’exposition ?

L’utilisation d’une oreillette, filaire ou de technologie bluetooth est très efficace pour diminuer l’exposition de la tête au rayonnement émis par l’antenne du téléphone mobile lors d’une communication téléphonique et est donc recommandée. Cette efficacité est la conséquence directe de l’éloignement entre l’antenne du téléphone et la tête réduisant ainsi très fortement l’exposition de la tête, le champ décroissant très vite en fonction de la distance.

Ainsi, la loi portant engagement national pour l’environnement rend obligatoire la fourniture d’un accessoire limitant l’exposition de la tête (de type kit oreillette) lors de la vente d’un téléphone mobile.

Y a-t-il des risques à utiliser un téléphone mobile lorsque l’on porte un pacemaker ?

Consulter la rubrique Pour votre sécurité et celle des autres

Pour en savoir plus sur l’état des connaissances en matière d’effets sanitaires, consulter la rubrique Effets biologiques et épidémiologie